Browse By

Rachat de crédit, les différentes étapes

rachat de créditLe rachat de crédits regroupe plusieurs crédits (crédits immobiliers ou à la consommation) en un nouvel emprunt.

Quels en sont les avantages ?

  • Avoir un seul prélèvement bancaire
  • Diminuer le montant du remboursement mensuel
  • Négocier un taux d’intérêt global plus intéressant

Cependant, l’emprunteur sera vigilant car les avantages à court terme peuvent s’avérer moindres à long terme !

Le montant global de la dette restant le même, la diminution du montant des échéances mensuelles entraîne un allongement du nombre des mensualités. Il faut donc comparer le coût du rachat de crédits (capital + intérêts) avec le coût de chaque crédit restant à courir.

Avant de s’engager, l’emprunteur devra vérifier un certain nombre de points et comparer différentes offres de rachat de prêt de différents organismes :

  • Le TAEG « taux annuel effectif global ». C’est ce taux qui sera comparé entre les offres de crédit. Il peut être fixe (mensualités stables sur la durée) ou progressif (accroissement du taux à mesure de la diminution du capital à rembourser). Un taux progressif peut être préjudiciable si les ressources de l’emprunteur diminuent.
  • Les conditions de remboursement anticipé : celles des crédits en cours car des pénalités (indemnité pour remboursement anticipé) sont souvent appliquées lorsque l’emprunteur se délivre de sa dette avant l’échéance convenue. Cela vaut aussi pour le nouveau prêt. Les modalités de remboursement anticipé doivent être précisées dans le contrat.
  • Les frais de dossier, éventuellement les frais de courtage si l’emprunteur ne traite pas directement avec l’organisme prêteur.
  • Le taux d’assurance : les simulations présentent souvent des mensualités hors assurance. Une assurance peut être imposée par le prêteur dont le taux est variable. La comparaison ne doit pas être négligée.
  • La caution bancaire : elle peut être exigée par le prêteur. Le tiers qui se prête caution s’engage au remboursement en cas de défaillance de l’emprunteur.
  • L’hypothèque : si un bien est engagé, l’emprunteur risque d’en être dépossédé en cas de défaillance dans le remboursement du crédit.
  • Les agios et frais financiers : ils sont à comparer car souvent élevés en cas d’impossibilité de remboursement.

Enfin, lorsque le rachat de crédits concerne un crédit immobilier, l’emprunteur doit savoir que le rachat lui fera perdre le bénéfice du crédit d’impôts imputable à l’achat d’une résidence principale.